Crise sanitaire scolytes dans les forêts du Grand Est

La pullulation des scolytes pendant l’été et l’automne 2018 a entrainé un fort dépérissement et une récolte abondante de bois scolytés à exploiter et scier en priorité tant que la valeur marchande n’est pas trop impactée.

Cette pullulation et le dépérissement des peuplements qui l’accompagne a toutes les chances de se reproduire en 2019, voire les années suivantes étant donné le cycle de l’insecte. De plus, cet hiver des signes importants de dépérissement de sapins sont aussi constatés, l’inventaire des dégâts est en cours, et ces volumes de produits accidentels viendront s’ajouter à la problématique d’écoulement des bois scolytés.

Nous voulions vous alerter sur la nécessité d’avoir une stratégie et des réactions cohérentes de l’ensemble des propriétaires de forêts vis-à-vis de ce type de crise.

Pendant cette période de crise, il s’agit de privilégier la récolte des peuplements déjà attaqués et de ne pas avoir d’action pouvant faciliter les attaques dans les peuplements sains, donc d’y limiter les interventions. Ceci peut se traduire par des propositions de ralentissement des martelages dans les peuplements d’épicéas, voire de sapin, et ce dans tous les territoires. L’augmentation forte du taux d’invendus lors des dernières ventes sur pied, et le faible nombre d’offres des acheteurs rend de toute façon ce ralentissement nécessaire.

Un peuplement attaqué, déjà mité, est plus fragile. Il s’agit donc de le récolter rapidement, mais il s’agit aussi de ne pas saturer totalement un marché déjà ébranlé en coupant sans discernement bois verts et bois scolytés sur de grandes surfaces dans la crainte de nouvelles attaques. Il s’agira donc de ne récolter l’ensemble du peuplement que si la surface indemne est trop faible ou l’état sanitaire trop dégradé et d’essayer de maintenir sur pied parfois certaines surfaces même si elles ne sont pas indemnes de tout risque sanitaire.

Enfin, en période de fort dépérissement il importe d’orienter les débouchés et les moyens d’exploitation de manière prioritaire vers les peuplements attaqués. Les contrats d’approvisionnement prioriseront les produits scolytés. Nous sommes donc susceptibles de proposer de ralentir les exploitations d’épicéa et de sapin dans des secteurs moins touchés par les attaques, ce qui aura un impact sur le rythme d’exploitation dans certaines forêts, voire sur l’emploi de la main d’œuvre ou des entreprises qu’il faudra réorienter vers d’autres secteurs ou tâches.

Seule une approche collective permettra d’amortir les effets de cette situation pour le plus grand nombre et nous comptons sur la contribution et la compréhension de tous.

Plaquette d’information ICI 

 

Partagez !